jeudi 30 janvier 2014

mercredi 8 janvier 2014

2013 - Bilan gris


Il est 12h30, j'ai le téléphone à l'oreille pendant ma pause lors d'un playtest à Eidos Montréal. Ma bien aimée m'annonce que le permis d'étude de mon petit frère a été refusé à nouveau. C'est la troisième fois et c'est aussi la dernière: il doit rentrer en France. Cette fois-ci, j'avais rempli le dossier moi même pour m'assurer qu'il soit parfait. Il était déjà bon les fois précédentes. Pas de motif de refus. Simplement le droit de compter les 600$ que ces demandes nous ont coûté, pour rien.

Voilà bientôt un an et demi que je suis au Canada. De toute ma courte vie, c'est probablement à ce jour la période la plus dure et la plus injuste que j'ai vécue. A chaque pas, à chaque étape, le gouvernement de ce pays nous aura mené la vie dure. Que ce soit pour les permis de travail ou d'étude refusés sans raison ou ses arnaques administratives, ici immigrer c'est payer, payer, et payer.

Concernant le fameux El Dorado du jeu-vidéo, il n'existe plus. Le secteur est devenu extrêmement compétitif à Montréal et les emplois sont d'autant plus rares. Les meilleurs développeurs du monde se sont donnés rendez-vous ici et l'embauche ne se fait que sur piston. Une grosse partie du travail qui pourrait être réalisé par les juniors est sous-traitée en Chine et les entreprises Montréalaises n'embauchent que des seniors. En un an de recherche d'emploi, j'ai vu passer moins de dix postes d'artiste 3D et ils ont chacun été accueillis avec plus de 500 candidatures.

Tout ça pour dire que je suis très heureux d'être parti au Canada. Non, vraiment. Au delà de toutes ces déconvenues, j'ai vécu une vraie aventure humaine. Je n'ai jamais été aussi proche de ma famille et de ma dame. Je me suis fait deux vrais amis sur qui je peux compter. Et je n'ai jamais été aussi proche de moi même. J'ai trouvé ma passion, une raison de me lever le matin et de sacrifier mes nuits. Pour chaque coup que la vie me donne, je lui en renvoie deux dans les dents avec une hargne inépuisable. Tant pis si je dois ramer encore et encore pour décrocher un fraking job dans cette industrie. Je veux faire des jeux qui rendent les gens heureux l'espace de quelques heures. J'y arriverais.

Dernier paragraphe de ce billet en cinq actes. Je vous souhaite une excellente année. Qu'elle soit riche en découvertes et que jamais la santé ne vous quitte. Sur ce, Ezio et moi allons passer un bon moment loin de tous les soucis du quotidien :)

Vincent


dimanche 5 janvier 2014

Aventurière - posing


Un petit retour sur l'aventurière pour la mettre en pose et lui donner une épée :)

Update 1: Passage sous Marmoset, ça rend tout de suite mieux. A suivre.